Affichage environnemental dans le secteur alimentaire : appel à candidatures

Le Jeudi 10 septembre 2020
Affichage environnemental dans le secteur alimentaire
Crédits : D. Carles / Terra
Les professionnels sont invités à expérimenter l’affichage environnemental sur les produits alimentaires.

La loi anti-gaspillage pour une économie circulaire du 10 février 2020 définit l’affichage environnemental et prévoit une expérimentation pour le développer, notamment dans le secteur alimentaire. Les professionnels sont invités à tester différents dispositifs, proposant une information fiable et lisible pour le consommateur. L’objectif est d’évaluer les effets de cet affichage sur les choix des consommateurs et de les orienter vers une consommation alimentaire plus respectueuse de l’environnement. L’appel à projet est lancé aujourd’hui, jeudi 10 septembre, jusqu’à la mi-mars 2021, avec les ministères de l’Économie et des Finances et de l’Agriculture et de l’Alimentation et l’appui de l’Ademe. Il est ouvert à tous les acteurs volontaires, publics comme privés, entreprises des secteurs agricoles et agroalimentaires, distributeurs, acteurs de la restauration collective, du numérique, équipes de recherche, associations. Ces dispositifs permettront d’obtenir un affichage environnemental harmonisé et fiable dans le secteur alimentaire.

Affichage environnemental dans le secteur alimentaire

Affichage environnemental et loi anti-gaspillage pour une économie circulaire

Introduit dans la loi anti-gaspillage, l’affichage environnemental permet d'informer le consommateur sur les impacts environnementaux générés sur l’ensemble du cycle de vie d’un produit, comme les émissions de gaz à effets de serre. Cet affichage permet également de faire évoluer l’offre de produits et les modes de production, engageant les acteurs volontaires dans des démarches d’écoconception.

Attente forte lors de la Convention citoyenne pour le climat, l’affichage environnemental répond à une vraie demande citoyenne en faveur d’une information environnementale sur les produits alimentaires comme dans les autres secteurs. Selon le Bureau européen des unions de consommateurs, près de 2/3 des Français sont prêt à changer leurs habitudes alimentaires pour des raisons environnementales.