Déplacement d'Emmanuelle Wargon à Metz pour le développement de l’offre de logement à destination des étudiants et des jeunes actifs

Le Vendredi 2 octobre 2020

Crédits : Arnaud Bouissou / Terra
Emmanuelle Wargon, ministre déléguée chargée du Logement, et Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, sont à Metz (57) ce vendredi 2 octobre afin d’illustrer la priorité du Gouvernement d'investir pour la rénovation énergétique des bâtiments publics ainsi que la rénovation du patrimoine universitaire. Les ministres ont également échangé autour des problématiques du logement étudiant avec les représentants des acteurs de ce secteur et les étudiants eux-mêmes.

Rénovation énergétique des bâtiments publics

La réflexion est engagée avec les acteurs nationaux (CNOUS, UNHAJ) au sujet des résidences universitaires des CROUS comme des foyers de jeunes de travailleurs (FJT).

Une enveloppe de 4 milliards d’euros sera consacrée à la rénovation énergétique des bâtiments publics en général. Un appel à projets a été lancé le 7 septembre 2020 et les dossiers sont à déposer au plus tard le 9 octobre.

Développement de l’offre de logement à destination des étudiants et des jeunes actifs

Pour les étudiants

On compte aujourd’hui 2 700 000 étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur. Parmi eux, seuls 12 % peuvent bénéficier de logements spécifiquement dédiés aux étudiants (résidences du CROUS, résidences HLM ou résidences privées). Les autres continuent à être logés chez leurs parents ou ont recours à des solutions dans le parc privé.

Pour sécuriser leur accès au logement, le Gouvernement a fait étendre le champ d’application de garantie Visale à tous les jeunes entre 18 et 30 ans dans le cadre de la renégociation de la convention quinquennale État-Action logement. Le nombre d’étudiants bénéficiaires est passé de 4 400 en juin 2018 à plus de 115 000 aujourd’hui.

À côté de cette mesure visant à favoriser l’accès au parc locatif privé, le Gouvernement a lancé en 2018 le Plan 60 000 qui vise, d’une part, à dégager des solutions immédiates ou à court terme pour les étudiants actuels et, d’autre part, à lancer la construction de logements pour les étudiants de demain.

Au titre des solutions de court terme pour les étudiants aujourd’hui, 11 900 nouveaux logements du parc HLM et du Crous ont été mis en service en 2018 et 2019. D’ici fin 2022, entre 30 000 et 35 000 logements devraient être mis en service.

La loi Elan a aussi élargi la palette de solutions pour le logement des étudiants. Elle a renforcé les possibilités de colocation dans le parc social. Elle favorise également le développement de l’habitat intergénérationnel.

Enfin, le bail mobilité, d’une durée de 1 à 10 mois, non renouvelable, a également été créé pour accroître les solutions de logement de toute personne en formation professionnelle, études supérieures, contrat d’apprentissage...

Par ailleurs, au titre de l’offre à construire pour les étudiants de demain, 4 500 logements ont été agréés au titre du logement social en 2018. La dynamique engagée avec le lancement du plan s’est traduite par une augmentation de la production. Ainsi, pour 2019, ce sont 6 317 logements qui ont été agréés soit un cumul de près de 11 000 logements qui sont ou seront prochainement mis en chantier. Un objectif annuel de 10 000 logements agréés est retenu pour 2020.

Pour les jeunes actifs

Outre les dispositifs cités précédemment lorsqu’ils s’appliquent aussi aux jeunes actifs, la loi Elan permet aussi de réserver tout ou partie d’un programme de logements locatifs sociaux à des jeunes de moins de 30 ans, permettant ainsi d’accueillir aussi bien les étudiants que les jeunes actifs. 2020 devrait voir les premières opérations avec une part réservée aux jeunes et aux étudiants pour accroître l’offre à destination de ces publics prioritaires.