Soutien aux compagnies de ferries : la ministre de la mer a reçu les opérateurs afin de détailler le plan de soutien du Gouvernement

Le Vendredi 18 septembre 2020
À la suite des annonces réalisées par le Premier ministre à l'Assemblée nationale mardi 15 septembre, Annick Girardin, ministre de la mer, a reçu ce jour les compagnies de ferries afin de leur présenter le détail de l’aide gouvernementale visant à sauvegarder leur activité et à préserver leurs emplois. Elle était accompagnée des directeurs et directrice de cabinet d’Elisabeth Borne, ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion, de Jean-Baptiste Djebbari, ministre chargé des Transports, et de Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'État chargé du Tourisme.

Évaluée jusqu’à 30 millions d’euros, l’aide principale permettra d’accompagner les entreprises dans le remboursement des charges salariales des marins des compagnies concernées en 2021, en complément des exonérations de la part patronale dont elles bénéficient déjà. Un calcul définitif sera opéré d’ici la fin de l’année en lien avec les compagnies et l’Établissement national des invalides de la marine (ENIM) par la mission « flotte de commerce » du ministère de la mer.

Des dispositifs spécifiques dédiés à la formation seront également mis en œuvre, ainsi que des mesures liées au tourisme et à l’attractivité des destinations françaises. Le tour de table avec les compagnies a permis de mettre à jour un certain nombre de difficultés, notamment financières, que la ministre souhaite voir évoluer.

 

« Historique dans sa forme, ce mécanisme inédit de prise en charge de la part salariale des cotisations par l’État doit offrir une respiration aux entreprises concernées. Largement touchées par la crise de la Covid-19 et par le Brexit en cours, les compagnies de ferries ont déjà pu bénéficier des dispositifs de droit commun, en particulier du chômage partiel et des prêts garantis par l’État. Mais la situation exige un soutien exceptionnel de la part de l’État. Il doit nous permettre de nous projeter dans le long terme avec les compagnies concernées. En plus de la préservation des emplois, qui est mon objectif premier, c’est la compétitivité du Pavillon français qui est aussi en jeu dans ce dossier. C’est aussi l’une de mes priorités à la tête de ce ministère. »
Annick Girardin